France Trains: Histoire et documents

France Trains: Histoire et documents

FRANCE TRAINS

Du début à la fin
 

C'est l'histoire d'une passion, celle de Monsieur Albert Millet, pour les trains, tous les trains, réels ou miniatures.
Il avait acheté "le moulin du Gué Plat" en Seine et Marne pour y faire rouler une locomotive à vapeur "Topsy", une anglaise.
Elle traversait la rivière Aubetin sur un pont métallique, entrait dans un tunnel... pour la plus grande joie des enfants du village qui se faisaient transporter.
L'aventure du train miniature a commencé vers 1960 avec la société Hobby Import domiciliée au 31 Faubourg Poissonnière à Paris,
dans le 9 ème arrondissement, fondée par Monsieur Millet.
Ils importaient les transformateurs Hamman et Morgan, les peintures Humbrol, la voie Peco, les voitures Pocher (Italie)
Ils faisaient fabriquer et décorer par Rivarossi (Italie) les "Pacific Chapelon" NORD et S.N.C.F. (en 00 à l'époque), par Liliput (Autriche) les 232 TC A.L., EST, S.N.C.F. (HO), les P 8 230 F S.N.C.F. et P.O-MIDI. (HO), modèles qui seront commercialisés plus tard par Liliput.
Devant la carence des modèles français, avec les encouragements de modélistes avertis (Messieurs Merard, Lavigne, Coudert), il décide de lancer France Trains.
Pour la petite histoire, le nom et le logo représentant l'avant de la "Crampton" a été décidé par Nadia, son épouse, qui la voyait passer sur le viaduc surplombant
son domicile (Moulin du Gué Plat) et qui était garée au dépôt de Sézanne (Marne).
Après achat des machines, l'atelier est installé à Issy les Moulineaux (en location).
Monsieur René Collard, talentueux artiste, sera le graveur, Monsieur Auzolle, le peintre (il a travaillé pour Métropolitan en Suisse).
Le premier modèle sorti est le wagon ARBEL présenté à la foire de Nuremberg (alors RFA) en 1969.
Ensuite, nous sortirons les célèbres Ty EST.
Suivront les voitures OCEM (RA et FL), les TRANSAT, le Train Bleu (qui connut un grand succès) les fourgons, les voitures postales, etc... (voir catalogues)
Les 2D2 5500 P.O. et S.N.C.F. furent construites au départ sur châssis et avec mécanique RMA (Monsieur Lavigne) tout métal.
Par la suite, elles seront montées sur des châssis de 2D2 5500 Jouef (configuration 2BB2) qui fonctionnent mieux.
Les pantographes sont des Carmina produits par Monsieur Pennati à Lagny (Seine et Marne)
En 1976, après le décès du fondateur,  Monsieur Millet, les ateliers sont transférés d' Issy les Moulineaux à Pommeuse en Seine et Marne.
Pour des raisons personnelles, Monsieur Collard quitte la société.
Le personnel est intégralement remplacé (75 kilomètres séparent l'ancien atelier du nouveau)...
Les tirages effectués par l'atelier France Trains pour le RMA, Gérard TAB et d'autres cessent.
La production reprend avec la sortie de la CC 65500 (120 pièces) avec châssis laiton, moteur-réducteur Escap (Suisse).
Par la suite, un modèle économique sortira (600 pièces) avec la mécanique Lima (Italie) ainsi qu'un modèle en décoration Drouard (travaux ferroviaires).
Sortent ensuite les Ty NORD, les Pullman, les voitures CIWL Sud-Express, les MITROPA et les allèges postales.
Durant cette période, France Trains avait un magasin-exposition au 50 rue de Berri à Paris 8 ème où l'on trouvait matériel et pièces détachées.
Ce magasin était tenu par Monsieur Dupuis qui recevait les amateurs et réalisait les plans de décoration.
Vers 1981, des difficultés administratives nous obligent à arrêter France Trains... pas tout à fait!!
Les outils et machines sont repris par Tram, une société nouvelle qui se monte suite à la faillite de Jouef.
Quatre ex-techniciens, y compris Monsieur Baguelin, se lancent dans l'aventure au 42 Avenue Victor Hugo à Montrouge.
Ils arrivent à sortir quelques ex-modèles France Trains (voir catalogue Tram).
Hélas, à leur tour victimes de la conjoncture, Tram disparait au bout de quelques mois.
Les outillages sont rachetés aux enchères par Jouef qui essaie à nouveau de renaître et qui en fera ses modèles "Prestige".
A ce moment, Madame Millet (épouse de feu Albert Millet) se lance à nouveau et ouvre un magasin de trains rue Merlin, Paris 11 ème, à l'enseigne de "L'Aiguilleur" avec la particularité d'avoir en Seine et Marne un atelier pour construire, peindre, décorer, réparer les trains à toutes les échelles de réduction.
On continue à gérer des stocks anciens de France Trains (tirages), on superdétaille du matériel commercial (140 C Jouef, etc...),
on décore également des prises de guerre de 1918 (base Trix, Roco, Liliput) pour des séries allant de 50 à 500, c'est selon...
Le catalogue pièces détachées est très riche.
Model Loco (Angleterre) réalise d'après nos études la Forquenot, la Polonceau, la 2C2 MIDI.
Ces modèles sont vendus en kit ou montés.
Les voitures MIDI à bogies portières latérales et intercirculation de 1908 sortent en mixte, 1 ère, 2 ème et 3 ème classe
pour aller avec la 2C2, la Forquenot ou la Polonceau.
La série d'autorails ABJ Renault (n° 1,2,3 et 4) tout laiton équipés de bogies moteur Tenshodo (Japon) sortent en version "réseaux" et S.N.C.F., vendus en kit ou montés (sur une étude de Monsieur Laluque, de Saacy, ateliers du château d'eau).
Le 31 décembre 1993, on arrête une seconde fois, victimes de tracasseries administratives.
Entre-temps, nos malheureux amis "Jouef ex Tram", Messieurs Baguelin et Rousseau, ont fondé en 1984 "Trains Rousseau"  à Romainville en Seine Saint-Denis.
Ils sortiront quelques centaines de wagons O.C.E.M. 19, T.P. Armistice (plats à ranchers, tombereaux, citernes) vendus en kit ou montés.
Encore une fois, devant les charges (prix des outillages, de la façon, du marché plus que morose), ils arrêtent vers 1990.
L'Aiguilleur reprend le flambeau et écoule le stock, mais ce sera sans suite, nous n'avions pas l'outillage (moules, plaques de déco...).
Voilà l'histoire de France Trains du début à la fin, toujours dictée par la passion... qui ne fait pas bon ménage avec le commerce et l'administration.

Pierre Raffin

 

Madame Nadia Millet:  vérification et emballage des fourgons CIWL.  Pierre Raffin dans son bureau avec des 2D2. Peinture sur les fourgons CIWL bleus. Au fond à gauche machine à décorer à la gélatine, fraiseuse modifiée. Au fond à droite, écrans de soie pour la déco des voitures.

         

Montage des essieux par une opératrice. Montage des voitures (ici des fourgons avec 2 opérateurs). Tirages sur presse automatique KAP pour les accessoires.

         

Presse DH pour le tirage des caisses. Peinture dans une cabine à voile d'eau et extraction d'air.

           

Magasin l'Aiguilleur à Paris en 1991 façade, intérieur.

         

La collection France Trains, vitrine au moulin du Gué Plat. Le Moulin du Gué Plat.

         

Vous allez maintenant pouvoir découvrir divers documents relatifs à France Trains. Il s'agit des catalogues France Trains 1972, 1976, 1977, 1981, des bulletins France Trains 2 et 3, des catalogues L'Aiguilleur et Tram, des tarifs 1974 et de divers tarifs. Ils sont téléchargeables au format PDF en cliquant sur la photo correspondante et peuvent demander un peu de patience avant d'être visibles, notamment le catalogue L'Aiguilleur qui comporte plus de 100 pages.


         


         


         


         


            



Commentaires (8)

Bill Thursfield
  • 1. Bill Thursfield | 26/01/2014

Very interesting website, I have a TY bogie coach in red/crème sold as Autorail Remorque but not in the France Trains
catalogue. I assume this is an item completed by L'Aiguilleur after the demise of France Trains & Tram.

manuel castro
  • 2. manuel castro | 27/12/2013

fin de france-trains en 1982 début de l'aiguilleur création janvier,, ouverture du magasin en mars

julien
  • 3. julien | 22/12/2013

Bonjour,
Excellent Article, par contre dans y a pas un petit anachronisme ?

"...Vers 1989, des difficultés administratives nous obligent à arrêter France Trains..."

C'est pas plutôt 1979 ?

Une autre remarque, Monsieur Gilbert Auzolle n'a pas travaillé que pour Metropolitan et France-Trains, il a officié pour le RMA (la draisine RDB de 1967 c'était lui) et également MMM-RG, Clarel (décoration du fourgon DEV 52) et Vapeur 70 dans les années 90, son atelier s'appelait AMT (Atelier Matériel Transformation) et ensuite AMD (Atelier Matériel Décoration). Il est décédé vers 2005.

Cdt

Michel Subrenat-Auger
  • 4. Michel Subrenat-Auger (site web) | 21/12/2013

Merci de nous rafraîchir la mémoire avec la très belle histoire de France-Trains / L'Aiguilleur.
Je possède quelques pièces qui me plaisent toujours autant malgré mon changement d'environnement en modélisme, mais toujours ferroviaire.
En attendant la suite, Bien cordialement.

laurent
  • 5. laurent | 20/12/2013

Tout-à-fait d'accord avec les commentaires précédents. J'ajouterai que les commandes de pièces détachées, si modestes soient-elles, étaient toujours honorées, et rapidement.

chris vk
  • 6. chris vk | 20/12/2013

Exceptionnel et passionant un tout tout beau cadeau de Noel, mille merci à son auteur, à Laurent et à la régie, pas Renault mais Jarnages Bahn.

laurent borgia
  • 7. laurent borgia | 20/12/2013

Un grand merci à Monsieur RAFFIN pour l'extrême gentillesse et la disponibilité dont il a fait preuve à chacun de nos contacts téléphonique , sa passion est restée intacte et les productions France Trains malgré leur age (30 à 40 ans d'ancienneté) ne font pas pâle figure face aux produits actuels malgré les progrès techniques énormes réalisés ces dernières années cela prouve bien que la finesse de gravure et le détaillage dans la décoration étaient très poussés sur ces productions haut de gamme .
Après avoir collectionné les trains de mon enfance (Jouef) je devenu un fou des productions France Trains / l'aiguilleur car la passion du beau matériel transparait dans chacun de ces modèles réduits et je ne ressens pas la même émotion quant j'achète du matériel actuel chinois pourtant souvent très beau .....
Les photos du matériel seront encore plus parlante , merci à Bernard et Nicole de nous faire partager du bonheur ,
Bien amicalement .

Bernard dit Papy
  • 8. Bernard dit Papy | 20/12/2013

EXCEPTIONNEL !
Le privilège de l'age sans doute mais j'ai été plusieurs fois au Moulin du Gué Plat pour chercher des matériels en kit pour la plupart et j'ai toujours été accueilli tres aimablement .
C'est un grand plaisir de voir cette histoire racontée par son acteur principal

A bientôt pour les photos des matériels et nul doute que je vais découvrir des choses inconnues de moi à ce jour !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau