Wagon réfrigérant Marcel Millet

Réfrigérant Marcel Millet NV

Mais c'est bien sûr !!!

C'est ce que je me suis dit à la fin de la lecture de l'article  " Quand les privés faisaient du froid "  dans le Loco Revue 562 de Septembre 1993 sous la signature de Jehan-Hubert LAVIE et Marcel LE GUAY .
Je venais d'y lire :

" En 1956 la Société Française de Matériel de Chemin de Fer à Maubeuge avait livré 50 wagons isothermes à Evian-Badoit pour transporter de l'eau minérale qui s'acheminait alors en RO ( Régime Ordinaire ) .Ils reçurent quelques années plus tard une décoration Evian d'un coté et Badoit de l'autre très fidèlement reproduite par Jouef ( référence 6263 ) Remplacés par des wagons à parois coulissantes sont rachetés par Marcel Millet à Evian-Badoit a la fin des années 60. Après avoir été rendus aptes au RA ( Régime Accéléré ) pour entrer dans les trains de messageries , ils reçoivent deux bacs a glace et huit moulinets de toiture
pour les rendre réfrigérants .

En HO  c'est un modèle facile a réaliser en modifiant les modèles Jouef ( références 6260 à 6272 ) "

Il n'y avait plus qu'a se mettre au travail !!

Il vous faut :

  • Jouef (ebay ou bourse) : 1 wagon de la série 6260 à 6272
  • YDModels : 1 ensemble de 8 turbinos de toiture
  • 2 boîtiers NEM en résine pour wagon Jouef anciens
  • Slater's ** : 1 plaque de tôle larmée, référence 0449
  • Huet : échelles : référence F326
  • marchepieds : référence F 320
  • l'Obsidienne : marchepieds en bande référence 8050
  • sabots de freins : référence 8040
  • SMD : 2 essieux Luck de diamètre : 11 et longueur 25,4
  • Evergreen ** : plaque de 0,25-0,50 mm
  • des profilés : 223, 271 ......
  • Interfer ** : peinture blanche et noire
  • Carpena ** : décalques 87-53
  • HAXO : référence 44134 : cadres porte-étiquettes fonctionnels
  • ... et la célèbre trempette du Docteur Pascal !!! c'est à dire du décapant Interfer**
  • (** : Le Train magique ou tout autre détaillant sérieux )

En ce qui me concerne, je suis parti de ce wagon qui, après passage dans la trempette du docteur Pascal, il ressemble à ceci :

         

Commençons par le toit

La première chose à faire est d'éliminer l'excroissance du toit. Attention pour la suite , ne vous en servez pas comme repère : elle n'est pas centée !
Pour me faciliter le travail sur la toiture, je fabrique un té de dessinateur dans lequel, je fais une toute petite encoche à 12 mm, afin de marquer, avec une pointe à tracer, les centres des trous à exécuter.

         

N'ayant aucun renseignement sur l'emplacement des turbinos, je place arbitrairement  les extrêmes au centre des 2èmes panneaux  en partant de chaque extrémité et je partage l'intervalle en 3 (le hasard faisant bien les choses cela fait 3 intervalles de 20 mm !!)
JH Lavie m'a d'ailleurs adressé un mail parfaitement clair en réponse à une question :

" Je me souviens que les marchepieds sous les portes avaient la forme d'un -U- . Mais ce dont je me souviens surtout c'est que les wagons Millet que j'ai connus au Mans ou à Paris-Vaugirard étaient des véhicules d'occasion remis en état par des ateliers très divers. Beaucoup de wagons Millet étaient uniques en ce qui concerne les détails. Peinture et inscriptions étaient souvent réalisés directement sur voies de débord!! Tout cela pour dire qu'en matière d'échelles ou de ventilateurs, il ne faut pas être plus pointilleux que le gestionnaires des wagons réels."
Donc vous pointez avec le plus de précision possible les 8 trous à exécuter.
La surface n'étant pas plane, je procéde par étapes avec un porte-foret à main.
D'abord, un trou de 0,5 mm, ensuite 1,5 mm bien vertical et enfin 2,4 mm :
...où l'on voit les différentes étapes.
Pour finir et c'est visible sur cette photo, vous enfilez des petits bouts de 8 à 10 mm de profilé 223 qui une fois bien colés en place (je sais ... je vais en faire crier certains, mais j'utilise toujours du trichlo avec un pinceau très fin pour faire filer le liquide dans les interstices) sont ajustés en hauteur (une horizontale passant par le sommet des tubes doit affleurer le sommet du toit) et repercés au diamètre de la queue des turbinos. (1,2 à 1,3 mm).
Restent les trappes pour faire le plein de glace broyée.
Une plaque de 9x7x0,5 est bordée en-dessous de profilé 1x1,5 posé à plat. Lorsque ce montage est bien sec, en posant du papier à l'eau sur le toit vous donnez la forme du toit à cette pièce par déplacement le long du toit. Ceci fait, vous collez cette trappe à 2 mm de l'extrémité du toit  et bien centrée.
Vous équipez ces trappes avec la figuration des organes de manoeuvre.

         

Les extrémités du wagon

Un renfort a été posé par Marcel Millet, nous  faisons de même avec un profilé en I de 1,5 mm (Evergreen 271) . Le bas de ce profilé est à 23 mm du bas du renfort moulé de Jouef
Pour la passerelle, j'utilise la tôle lamée en plastique de Slater's et découpe un morceau de 4,5x14 mm.
Les échelles Huet sont débitées à 9 barreaux : coupées entre 2 barreaux , d'un côté, et à ras d'un barreau de l'autre.
Ces morceaux d'échelle sont collées contre le dos de la tôle larmée Slater's et sous un morceau de plaque Evergreen. Ces échelles sont donc entre 2 plaques.

         

         

Pour supporter la passerelle, vous posez à 18 mm du bas du wagon, 2 consoles taillées dans de l'Evergreen 135 (2,5x0,75). Vous percez 2 trous de 5/10 au-dessus des tampons pour pouvoir y souder les échelles une fois repliées.

         

Il vous reste à façonner les rambardes.
Il faut percer, aux angles, à 45°, les trous pour la mise en place des mains montoires (pour cela  je me confectionne un gabarit avec un morceau de cornière)

         

Le châssis

Dans le set réf : 8040 de l'Obsidienne vous tirez 8 sabots de freins que vous soudez sur un petit clou en laiton ce qui vous permet de ficher chaque sabot dans le châssis en perçant un trou d'un diamètre légèrement inférieur au clou . Il reste à relier les sabots de freins par la tringlerie. Il faut aussi percer les trous qui permettent la mise en place des marchepieds des angles, préalablement montés
Vous construisez 2 marchepieds pour les portes centrales avec la bande de l'Obsidienne : 2 morceaux de 14 mm, soudée sur 2 fils de maillechort de 5/10.

         

         

La décoration

Par des masquages successifs vous peignez la caisse en blanc, le toit en gris et le châssis équipé en noir.
Reste à poser, en s'inspirant de la photo de l'article , les décalques de la planche Carpena 87-53 : il n'y a pas d'immatriculation convenable,
celle posée est donc fantaisiste ...mais jolie!
Je complète ces décalques par des ajouts personnels : ENTREPRISE, S.A., Loué STEF, Gare d'attache Vaugirard.... pour coller au plus près de la photo.
Ne pas oublier de coller les porte-étiquettes avec grilles fonctionnelles préalablement brunies et assemblées
(restez Zen est impératif lors du montage des 2 parties!!)
Je mets en place les 2 essieux Luck et les boîtiers d'attelages équipés de mon attelage préféré.

         

Votre wagon est prêt à rejoindre la rame de frigorifiques qui circulera en R.A. qu'elle soit chargée ou vide.

         

 

 

Texte et photos : Bernard POULAIN

Mise en page : Nicole POURRIERES

Publié le : 06/05/2008

 

Commentaires (8)

PINON  daniel
  • 1. PINON daniel | 25/07/2010

En cherchant Wagon réfrigérant Marcel Millet de JOUEF, je suis tombé sur votre site.
Toutes mes félicitations, du beau travail.
Ferroviairement.
Daniel

GIDE Christophe
  • 2. GIDE Christophe | 17/02/2010

Bonsoir Bernard,

En cherchant le site de l'Obsidienne (pas encore trouvé d'ailleurs !) je suis tombé sur ces superbes pages ! Toutes mes félicitations !

J'envisage un genre de travail similaire sur mes STEF Frangéco RMA. J'espère être à la hauteur !

Vos photos donnent sacrémet envie de s'y mettre !

Ferroviairement,

Christophe

Michel HAURIT
  • 3. Michel HAURIT | 30/05/2008

Transformation super! Ca, c'est du modélisme comme j'aime!

Eric NEYRAN
  • 4. Eric NEYRAN | 14/05/2008

Impressionné par la transformation spectaculaire (ou recyclage) du wagon. Félicitations, c'est du beau travail...

Ben
  • 5. Ben | 07/05/2008

excellent boulot, je viens de prendre des leçons encore......

Bernard dit Papy
  • 6. Bernard dit Papy | 07/05/2008

Merci Pascal de tes appreciations . Venant d'un As comme toi c'est encore plus flateur .
Pour Gerard je pense que si tu ne fais que cela 3 jours c'est bon ( y compris les temps d'attente obligatoires : sechage des peintures par exemple ) mais comme si je sais ou je veux aller je ne sais pas toujours comment , il m'a bien fallut deux mois avec des arrets pour approvisionnement , reflexions ( comment je vais faire ça ? ) , temperature trop basse dans l'atelier exterieur a la maison non chauffé pour peindre .....
Amitiés a Tous

Gérard
  • 7. Gérard | 07/05/2008

Joli travail.
combien de temps es-tu resté concentré sur ce boulot minutieux ?

Bravo

Pascal
  • 8. Pascal | 06/05/2008

Chapeau Bernard! Ce type de transformation permet de passer par toutes les facettes du modélisme (matériel roulant s'entend bien sûr).
Le résultat est est à la hauteur.
Mention très spéciale pour le porte étiquette (et ton acuité visuelle qui doit aller de paire :=) )

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau