La gare de Liège Guillemins

Liège Guillemin NV


GARE DE GUILLEMINS CALATRAVA

Construite par l'Espagnol Santiago Calatrava, architecte et ingénieur, cette cathédrale des temps modernes, construite en 10 ans, du coût prévisionnel de 161 millions d'euros, atteint 490 millions le jour de son inauguration le 18 septembre 2009. 

Elle comptabilise 16 000 voyageurs/jour et elle est au carrefour des Thalys et ICE pour les relations Paris-Liège et Paris-Essen via Koln Dusseldorf Duisbourg.
Connectée à Lille via Namur, à Maastricht et Aachen en relation IC, à Ostende via Bruxelles, elle est un carrefour parfait en Europe du nord entre France,
Royaume Uni, Pays-Bas et Allemagne,
les LGV 2 et 3 passent par ses quais. 

Elle fut la première gare internationale en 1843  par le raccordement de cette cité ardente à Koln. 

Son nom, qui a fait l'objet d'un nouveau baptême avorté, Liège Charlemagne, Liège Limbourg ou encore Liège Eurégio, vient de l'ancien couvent des Guillemites sur lequel reposaient les fondations de la gare en bois initiale de 1842.
Deux bâtiments lui succéderont, le BV belle époque de 1864  (considéré comme le plus beau) et celui, fonctionnel de 1958, copié sur la gare de Roma Stazione Termini qui subsiste toujours dans la capitale Italienne.

En matière de multi-modalité, la gare est axée sur la route puisque ses parkings sont directement reliés à l'A 602, une nouvelle ligne de tramway et des arrêts de bus plus développés devraient voir le jour, mais le centre ville de Liège est "excentré" par rapport à la gare. 
Le vélo ne fut pas au milieu des préoccupations de son concepteur, rien, en effet, ne permet l'accès aux quais facilement,
et il n'y a aucune piste cyclable menant à la gare. 

Trois quais de 450 mètres sont construits pour accueillir les doubles rames Thalys, les deux autres ont une longueur de 350 mètres.
50 pour cent du trafic sont dédiés aux liaisons Paris-Cologne ( Koln).

Univers gris et sombre décrit par Georges Simenon tout au long de son œuvre, son coût passe mal dans une région ravagée par le chômage,
dont certains quartiers Liégeois atteignent 30 %.
A l'heure ou Arcelor Mittal tente de fermer les derniers bastions sidérurgiques dans la proche banlieue,
l'acier qui a servi à sa construction est venu ... d'Espagne, quelques 10 000 tonnes.

Le mauvais état de la plupart des gares de moyennes et petites importances ne va pas gagner en amélioration de ruines ferroviaires et de délabrements croissants.
Au quotidien, les usagers, navetteurs, étudiants ne peuvent que constater impuissants l'anarchie de la SNCB en matière de ponctualité et le tragique accident de Buizingen ou la société a perdu, dans son procès, au civil, rappelle cruellement le manque d'investissementen matière de sécurité comme la TBL 1 par exemple.
Le coût final de cette gare passe mal. 

Pour ma part, fort de ces pensées, je m'y suis promené durant de nombreuses heures, je reconnais tout le poids de ses contradictions, mais je ne pus m'empêcher de ressentir un sentiment de démesure jouissif identique aux voyageurs des 18 ème et 19 ème siècle, découvrant les fastes des gares de Paris, du New York Central, des gares de Moscou comme Ianoslav, de la gare de New Delhi, de Berlin ou de Chicago.
Tout comme les cathédrales bâties au milieu de la misère humaine, les magnificences de l'époque héroïque des chemins de fer, ont été bâties par des magnats peu scrupuleux ou des états peu respectueux du bien-être de ses citoyens; Il n'empêche que ces endroits publics laissent placeà des sentiments à la mesure de leur taille.

         

         

         

         

         

         

         

         

         

         

         

         

         

         

         

         

         

         

         

         

         


 

Texte et photos : Christian VANKEER
Mise en page : Nicole POURRIERES


Commentaires (8)

Fred alias ton VP
  • 1. Fred alias ton VP | 02/04/2013

Hi my friend,

Superbe clichés Kris, comme à chaque fois hein !
Etait-ce vraiment nécessaire de claquer 500 millions EUR dans cette cathédrale de verre, de fer et béton blanchi ? alors que la SNCB peine à entretenir son réseau, et où le spectre de fermeture de lignes menace...!
Fait du hasard probablement ou miracle peut-être, sur ton cliché "Arrivée/Départ" des trains, il n'y a pas un retard d'annoncé...!!!

Bernard
  • 2. Bernard | 29/03/2013

Moi non plus, je ne suis pas fan de l'architecture moderne mais dans le cas précis, chapeau!
Et avez-vous remarqué que les supports de caténaire sont assortis à l'ensemble?

tram47
  • 3. tram47 | 29/03/2013

l'architecte a un joli coup de crayon !!!+très belles photos . merci .

chris vk
  • 4. chris vk | 29/03/2013

merci à vous de vos commentaire chris vk

LAURENT BORGIA
  • 5. LAURENT BORGIA | 29/03/2013

Un grand merci à Christian pour la qualité et la quantité de photos fournies , j'avoue préférer les gares du début du siècle ou bien des années 30 (art déco) car les bâtiments ultra modernes apparaissent souvent plus "froids" mais là il faut reconnaître que cette gare a un style très élégant et gigantesque comparable à un aéroport international ...
les arches et les nombreux piliers renforçent cette impression de cathédrale de verre et d'acier .
Chapeau bas pour l'architecte , les batisseurs et le photographe bien sur .

Montillet Alain
  • 6. Montillet Alain | 29/03/2013

Je suis un peu ringard en matière d'architecture ferroviaire mais là, je trouve la réalisation superbe surtout qu'il n'y pas (encore) de tags

Bernard dit Papy
  • 7. Bernard dit Papy | 29/03/2013

Merci Christian pour ce reportage .
Je ne suis pas fan de l'architecture moderne mais ici je dois reconnaître que c'est très joli .

laurent
  • 8. laurent | 29/03/2013

Belle gare, qui mérite ces superbes photos.

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau