Modélisme pour trois fois rien

Modélisme pour trois fois rien NV

Je peux me tromper, mais il me semble bien que personne n’est jamais né avec un cutter dans une main et un pinceau dans l’autre.
Ce n’est pas une raison pour dire « Je n’ose pas » ou « Je n’y arriverai jamais »; nous avons tous un capital de patience et de sens de l’observation,
il suffit de le développer, petit à petit.

Et puisqu’on parle de capital, on peut commencer sur des modèles bon marché.
Autrement dit, pas sur les modèles importés depuis quelques années;
il vaut mieux ne pas commencer par modifier des modèles qui vous ont coûté cher.

Voici donc quelques exemples de matériels divers modifiés, des Jouef pas chers du temps de Champagnole,
que vous avez peut-être dans un tiroir, ou que vous trouverez sans problème sur le marché de l’occasion
(pour beaucoup, les frais d’envoi sont supérieurs au prix d’achat).

Outillage minimum

Cutter(s) sérieux (pas un pour ouvrir des enveloppes), colle pour polystyrène du commerce
(certains emploient aussi du trichlo, ou du chloroforme, mais soyez prudent),
réglet en métal,
peintures (Humbrol dans mon cas, mais il y a toutes sortes de peintures maintenant), le tout disponible dans n’importe quel magasin de modélisme.

Remarques générales

Toutes les photos incrustées de modèles Jouef viennent du catalogue 1988.
Lorsque 1 modèle est fait avec 2 références, il faut faire très attention au respect du parallélisme ou de la perpendicularité entre les pièces ;
je consolide toujours ces collages sur l’envers avec un morceau de plasticarte (1mm d’épaisseur en général).

Il est probablement plus facile de commencer par des modifications d’éléments de décor, c’est plus grand que du matériel roulant et ça coûte souvent moins cher.
Ces petites maisons à un étage sont en général vendues par deux.
Vous pouvez en faire une maison à deux étages, le 1er étage de la maison jaune devenant le 2nd de la grise.
Vous pouvez même fabriquer deux maisons si vous faites l’arrière de vos nouvelles maisons avec une simple plaque de polystyrène ou de carton, sans fenêtres ni porte,
(ceci suppose que votre immeuble ne sera toujours vu que de face).
Même processus et mêmes remarques pour ces deux autres maisons en rez-de-chaussée, qui gagnent un étage.

Vous pouvez faire le même genre de modifications avec la référence 1981.
Bloc de 3 immeubles (commerces).
Comme toutes ces maisons sont plutôt au 1/100, il est intéressant de les surélever, elles ont l’air d’être plus à l’échelle.

         

Ceci (gare de Lusigny) vous paraîtra peut-être plus compliqué, mais ça ne l’est pas
Il faut simplement découper les pignons, qui sont en façade et à l’arrière, et les coller sur les murs des côtés ; le toit s’adapte sans problème
(mais pensez à changer les cheminées de place).

On peut aussi laisser des fenêtres et portes ouvertes et ajouter une marquise.

L’église est un peu moins facile, mais pas difficile quand même. Deux maquettes utilisées.
L’église de village a été agrandie pour devenir une église de ville.
L’arrière (partie arrondie) est inchangé.
La partie centrale a été allongée avec une partie du corps central de la seconde église, de même que la toiture.
Le clocher est fabriqué avec 4 rectangles de plasticarte (découper les ouvertures pour l’entrée et le vitrail).

La halle à marchandises demandera un peu plus de travail, mais elle en vaut la peine.
Je précise que ce type de halle existe, ce n’est pas une invention .
Deux maquettes utilisées.

Ne garder que la partie centrale des faces avant et arrière. Les coller par deux.
Adapter les dimensions du toit et du quai.
Le panneau à gauche de la voie sous abri est constitué des  panneaux identiques des 2 maquettes, dont 1 amputé de ses fenêtres.
La grue de quai est aussi un modèle Jouef.

Le poste d’aiguillage était un beau modèle, mais il lui fallait quand même une gare importante pour qu’il ne paraisse pas ridicule, ou au moins déplacé.
Le voici transformé en poste au sol, en ne gardant que la partie haute posée sur un socle (en bois).
Les éléments de la partie basse ont servi à faire un transformateur EDF vraisemblable.

Quant au hangar de ferme, il est devenu résidence secondaire (comme parfois dans la réalité).
Il suffit dans ce cas de remplacer les murs d’origine par des murs avec porte et fenêtre
(restes d’autres maquettes adaptés aux dimensions)
et d’ajouter un quatrième mur sous l’auvent.

Pour finir, une combinaison de deux maquettes différentes, gare de Lusigny et école.
La mairie est constituée du corps central de la gare ; seule modification :
ajout d’une cloison au rez-de-chaussée, 2cm (environ) derrière les arcades,
et deux des portes de la gare sont reportées sur cette cloison.

Pour l’école, exactement la même technique que pour les petites maisons du début.

Pour le matériel roulant et pour rester simple
Voitures DEV Inox modernisées

Araser avec précaution les chiffres de classe 1 venus de moulage, mettre un cartouche 2 par-dessus
(décalcomanie qu’on trouve facilement, Carpena/Colorado par exemple),
remplacer le bandeau jaune par un vert.

Voitures d’accompagnement et/ou de mesures pour trains de travaux Voitures Grand Confort.

Simple travail de peinture (la livrée bleue est la plus récente des deux dans la réalité), sauf pour les baies d’extrémités,
différentes de la voiture réelle, et différentes entre elles.
Pour plus de réalisme, pour la voiture UIC, les DEV Inox, et  les Grand Confort,
on peut découper
(sauf au niveau des Toilettes et des portes d’accès, pour soutenir la caisse)
la bande de vitrages et la coller sur la caisse.
Les vitres auront l’air d’être plus affleurantes.

Sur la UIC et les DEV, les barres médianes des baies sont peintes (gris argent).
Pour ces six exemples, il faut surtout de la patience et des
bandes de masquage Tamiya. 
Ces voitures, quand elles trouvent preneur, se vendent au pire pour moins de 10 euros.

Voiture postale ancienne
(n’est pas à l’échelle 1/87, contrairement à celles produites ensuite),
et voiture UIC type Y. 

Travail de peinture uniquement. « Voiture … Annexe » avait été fait en transferts à secs Letraset ou Mécanorma, lettre par lettre.

Wagons divers

Ces deux livrées ont existé dans la réalité.
Pour les citernes, bien poser vos repères au crayon sur la cuve avant de peindre une livrée, car vous travaillez sur une surface qui n’est pas plane,
ça complique un peu les perspectives.

Si vous faites une Elf, prenez un E qui soit à la bonne taille !
Vous pouvez améliorer ce modèle en faisant une rambarde de passerelle en fil d’acier ou de laiton, formé en U ;
la rambarde d’origine est très grossière, et en général cassée.

La reproduction du logo Sanders est inexacte, mais à l’époque on faisait avec ce qu’on avait !

Pour ces deux modèles, il faut surtout faire de la chirurgie, mais très simple.

Le wagon STVA Jouef est faux mais n’a jamais été modifié par la marque.
Dans la réalité, c’est un wagon à essieux et non à bogies, la différence est de taille.
Supprimer les bogies et leurs pivots.
Récupérer un châssis de n’importe quel wagon à essieux pas cher, découper les parties supports d’essieux (en gardant le plancher),
diminuer un peu l’épaisseur du plancher, puis les coller sous le STVA (au bon endroit).
Seul autre ajout : un profilé plastique transversal à chaque extrémité, entre le pont supérieur et le plancher inférieur.

Wagon couvert long : deux wagons nécessaires.
Sur un des wagons, vous gardez la partie centrale (porte coulissante et 2 panneaux de chaque côté), sur l’autre vous gardez les extrémités avec 2 panneaux.
Comme vous avez 2 châssis, il vous sera facile d’en faire 1 à la bonne longueur.
Bien soigner les collages, surtout au niveau du toit, où tous les éventuels défauts se verront très bien.
En achetant 2 couverts, vous pourrez faire le châssis du couvert long et récupérer les supports d’essieux pour le STVA.

Les citernes, trémies, couverts, à essieux se vendent pour une bouchée de pain.
Choisissez un modèle pas trop ancien où les châssis sont équipés de sabots de freins, les modèles très anciens en sont dépourvus.

         

Osez !

Un matériel que vous aurez transformé sera original et vous procurera plus de plaisir qu’un modèle coûteux sur lequel on ne peut rien faire.

 

Texte et photos : Laurent Croharé : 09 ( et 20 !) Novembre 2012

Mise en page : Nicole Pourrières


Commentaires (4)

LAURENT BORGIA
  • 1. LAURENT BORGIA | 04/01/2013

Chapeau Laurent pour la qualité des collages et surtout les peintures bien délimitées , On vois tellement de bricolos maladroits qui vendent des horreurs sur internet que c'est réconfortant de voir du vrai modélisme fait avec soin .
Bonne année et bon modélisme . Amicalement .

CHRIS VK
  • 2. CHRIS VK | 04/01/2013

SUPERBE chouette et bien expliqué, de plus de très bonnes idées, merci LAURENT

gérard
  • 3. gérard | 04/01/2013

bonjour,

bravo pour vos idées simples à réaliser, c'est un document à conserver.

Papi Gégé

Bernard dit Papy
  • 4. Bernard dit Papy | 04/01/2013

BRAVO , voilà du modélisme comme je l'aime
Merci Laurent

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau