La Trochita

EL TROCHITA

La Trochita (en français : La petite voie étroite, « trocha » signifiant « écartement » en espagnol d’Argentine) appelée officiellement Viejo Expreso Patagónico est une ligne de chemin de fer à voie étroite
et à vapeur située en Argentine, dans la province de Chubut, région de Patagonie.
Il s’agit d’une ligne commerciale reconvertie en ligne touristique.
Le choix d’une voie aussi étroite correspondait à la délicate situation économique de l’après-guerre mondiale.
À l’époque on pensait créer un grand réseau de voies étroites sur l’ensemble de la Patagonie, débouchant sur la ville portuaire de Puerto Madryn sur l’océan Atlantique.
Des retards et des annulations pour motifs économiques ou climatiques amenèrent à modifier plusieurs fois le trajet, et finalement on ne construisit que ce qui est connu aujourd’hui comme La Trochita, ainsi qu’une autre section à voie étroite qui allait de Puerto Madryn à Alto Las Plumas, laissant inachevé l’union des deux tronçons.
Cette dernière section (celle de Puerto Madryn) fut démantelée en 1961, durant la présidence d’Arturo Frondizi.

La ligne :
La construction démarra depuis la petite localité d’Ingeniero Jacobacci, par où passait déjà une ligne à voie étroite unissant San Carlos de Bariloche avec San Antonio Oeste -prolongée par après jusqu’à Viedma-.
La première section de La Trochita fut terminée en 1935. En 1941, les voies arrivent à El Maitén, pour atteindre finalement la petite ville d’Esquel en 1945.
Des 402 km de la ligne, seul 20 km sont encore exploités.

 

         

 

 

 

 

 

 

         

 

 

 

 

         

 

 

         

 

 

                   

 

 

 

 

 

Texte et photos : Christian VANKEER

Dimensionnement et marquage des photos, mise en page : Nicole POURRIERES

 

 

Commentaires (11)

chris
  • 1. chris | 07/10/2018
merci Nicole, merci Nicole vous donnez l'envie de repartir dans ce fourneau magnifique qu'est la Patagonie.
laurent
  • 2. laurent | 07/10/2018
Original, comme d'habitude. J'attends avec impatience un sujet sur les trains du Tibet. Bien amicalement.
Bernard dit Papy
  • 3. Bernard dit Papy (site web) | 07/10/2018
Merci à Christian pour le partage de ce reportage lointain ! Les photo sont belles et intéressantes et cerise sur le gâteau une très jolie et instructive vidéo .
Une chose m'a fortement étonné c'est que l'équipe mette autant de whisky ( j'ai reconnu la couleur dans le bidon !!! ) sur l'embiellage , mais c'est vrai qu'il faut bien agrémenter l'eau qui coule dans le tender via une grue à eau rustique !
MERCI à tous ceux qui ont permis la publication de ce reportage
chris chubut
  • 4. chris chubut | 07/10/2018
je voulais dire merci Nicole, évidemment, et merci Herr Bernard Occitanien
Mario STEFANI
  • 5. Mario STEFANI | 07/10/2018
superbe sympa merci
Bernard
  • 6. Bernard | 07/10/2018
J'attendais les réactions et je suis surpris que personne n'ait signalé le "bidouillage" fait sur cette vénérable 141 qui, pour une raison qui m'est inconnue, est devenue une
1+1+3+1 suite au désacouplement du premier essieu moteur.
C'est bien visible sur la vidéo.
LAURENT BORGIA
  • 7. LAURENT BORGIA | 07/10/2018
Vraiment dépaysant comme reportage , un train du bout du monde bien entretenu semble-t-il , la chaleur devait être intense . Merci à Christian reporter de l'extrême .
Amicalement .
CHRIS
  • 8. CHRIS | 11/10/2018
Merci à vous de vos commentaires, oui LAURENT très chaud et parfois glaçant plus en altitude vers la frontière Chilienne. Ce pays est dépaysant à plus d'un titre, et le plus extraordinaire est "l'humanité" du peuple Argentin, j'ai roulé ma bosse en Asie, Sibérie, New Zéland, Mexique, USA, Afrique du nord, un peu partout en Europe ouest et est, mais je n'avais jamais croisé un peuple si épris de respect, d'amabilité, de sourire, d'aide, et franchement malgré son classement en puissance émergente, ces Argentins vivent la débrouille plutôt que le confort.
chris
  • 9. chris | 11/10/2018
Bernard ; ne serait ce pas une distribution Walschaerts ?. La vieille, la machine avait cassé dans une autre gare !!! mais j'ignore le type de plantage ...
Bernard
  • 10. Bernard | 12/10/2018
Chris,
Ce n'est pas lié au type de distribution mais bel et bien à la dépose d'un élément de bielle d'accouplement. C'est très visible dans la vidéo.
Après, soyons philosophe, ça ne l'empêche pas de rouler.:-)
chris
  • 11. chris | 13/10/2018
boss, yes ça j'avais compris mais n'empêche que c'est un système (la distri) Walschaerts, Eugide de son prénom, du temps de la spendeur de la vapeur belge, temps largement révolu, je parle de la splendeur. D'ailleurs, beaucoup de technicien du rail, Anglais, Allemand, Belge et Français, se sont expatriés dans ces temps passés pour construire le réseau Argentin.

Ajouter un commentaire