BB 9400 Lima

 

 

Dans les années 80, Lima nous a gratifié d’une BB 9400 en HO, à l’échelle mais nécessitant quelques améliorations, notamment au niveau des pantographes.
Hélas, la partie mécanique, bien qu’ayant subi quelques améliorations mineures, restait toujours en deçà des productions de la concurrence.
Cette BB 9400 a eu de la descendance avec les différentes livrées de la série et avec une BB 9600. (voir ICI).
Quelques années plus tard, la BB 9400 Lima recevait enfin un châssis moteur digne de ce nom (berceau en zamac, moteur central, entraînement sur les 4 essieux). Hélas, problème récurrent aux productions Lima de ce type, les pignons d’essieux montés par le fabricant avaient une tendance congénitale à casser.
Toujours est-il que j’avais acheté la première version car j’attendais ce type de machine depuis fort longtemps.
Ma vie professionnelle ne m’ayant pas permis de construire un réseau, je me suis contenté de ma 9400 première version, mais l’âge de la retraite venu et enfin un grenier à ma disposition, le réseau tant espéré a commencé à voir le jour et j’y ai tout naturellement essayé divers matériel dont la BB 9400 Lima. (BB 9522 version d’origine en ce qui me concerne)
Légère (comme la vraie) elle a rapidement montré son inaptitude à la traction d’un train de 10 wagons à deux essieux dès lors que la voie grimpe un tout petit peu.
Je me suis donc mis à la recherche d’un modèle plus récent avec le « nouveau » châssis mais entre temps, les déboires du groupe formé par Lima, Rivarossi, Jouef, etc… ont rendu le modèle rare et fait le bonheur des spéculateurs. Or, pour moi, il est hors de question de payer un modèle d’occasion deux ou trois fois le prix du neuf.
Restait la solution bricolage pour avoir une machine à la force de traction raisonnable, soit, créer un châssis bi-moteur.
Je me suis donc mis à la recherche d’un châssis, voir d’une machine de première génération et j’ai trouvé un châssis moteur en bon état pour 15€.
Ne restait plus qu’à passer à l’atelier.

 

La première opération consiste à effectuer un démontage complet de la machine et à un dépouillage total des deux châssis. Je rassure tout de suite les débutants, cette opération est on ne peut plus simple et demande tout au plus une trentaine de minutes pour l’ensemble.
On obtient donc ceci :

 

Il faut ensuite tracer à l’équerre (une équerre de menuisier est particulièrement appropriée) les lignes de coupure sur les châssis.
Attention, cette coupure est asymétrique (ne pas couper les châssis en deux parties égales) pour préserver les « manettes ».

   

Nous avons maintenant nos éléments du futur châssis.
Il faut préalablement les ébarber, les assembler provisoirement avec deux petits point de colle (Super Glue dans mon cas), essayer le nouveau châssis dans la caisse de la BB 9400, le désolidariser à nouveau,
soit pour l’ajuster, soit pour assurer le collage définitif des deux parties.

     

Il ne nous reste plus qu’à laisser sécher convenablement cet assemblage environ deux heures.
Si comme moi vous avez des châssis de couleurs différente, un petit coup de peinture grise unifiera le tout.
Pendant ce temps, nous allons nous occuper d’améliorer la caisse
Selon la tradition de Lima à cette époque, les pantographes, c’est du tout et n’importe quoi. Conclusion : on les change.


Il faut donc les démonter (toujours facile) ainsi que l’inverseur rail/panto situé dans la caisse et poncer l’excroissance de plastique, sans quoi, votre bogie moteur ne passera pas.

   

Comme pantos, j’ai opté pour des Sommerfeldt.
Je sais, ce ne sont pas les plus beaux mais je tiens compte que c’est destiné à une machine d’entrée de gamme.  Mon choix s’est donc porté sur un compromis.
Toutefois, rien ne vous empêche de monter des modèles plus fins ou changer les palettes.
Il faudra donc couper les quatres « pattes » des Sommerfeldt afin de pouvoir les positionner sur les supports de toiture existants sur la machine.

  

Il ne nous reste plus qu’à visser nos nouveaux pantos et nous en avons terminé pour la caisse.

 

Maintenant, on fixe les bogies moteurs sur le nouveau châssis en prenant soit de bien les positionner attelages vers l’extérieur (personnellement, je n'ai gardé l'attelage que d'un seul côté)
et on câble électriquement les moteurs (bien sûr en parallèle) en s’assurant que chaque moteur tourne dans le même sens, sinon, ça fait désordre.
Il ne nous reste plus qu’à remettre le lest en place en le fixant avec de l’Araldite.
En plus du maintient, cela à l’énorme avantage de rigidifier le châssis.

   

Une fois que tout est sec, retour de l’ensemble châssis moteur dans la caisse et le travail est terminé.
Votre « 9400 » est bonne pour le service et ce coup-là, elle arrache.

 

Voilà : simple et pas cher ou petite démonstration que le modélisme ferroviaire est à la portée de tout le monde, de toutes les bourses et non pas réservé à une élite fortunée.
Et n'oubliez pas ceci: vous savez réfléchir et vous servir de vos mains, alors l'élite, c'est vous, donc pas de complexes, lancez vous.
C’est d’ailleurs par ce genre de bricolage que nous sauverons notre hobby.
Faites-vous plaisir et… bon train.

 

 

Commentaires (4)

Bernard dit Papy
  • 1. Bernard dit Papy (site web) | 08/04/2018
Voilà le modélisme comme je l'aime améliorer l'existant ou créer du nouveau !
Belle réalisation

Bernard dit Papy
Laurent PENOT
  • 2. Laurent PENOT | 08/04/2018
beau travail et dans l esprit créatif et non pas dans le tout clé en main j adore, moi j ai pas la retraite ,je n est que 51 ans et en arret pour un burnout et moi aussi une chose me manque depuis trop d'année , c'est le petit jouef de ma rendre enfance , alors en attendant d'avoir un espace dédié a ce manque je bricole les élément récupérer chez a grand mère acheter pour ma , naissance , ey je m applique et les entretenir et faire en sorte qu il puisse un jour retrouver un "terrain de jeu " , je viens de finir ma première réalisation , la petit chapelle savoyarde Ref 978 Jouef 02 , entièrement refaite a partir de briquette et plâtre avec charpente en bois ,
laurent
  • 3. laurent | 09/04/2018
D'autant plus intéressant (et bien expliqué) que ça peut s'appliquer à d'autres machines.
Bernard
Oui Laurent, la méthode est applicable à toutes les machines Lima fabriquées avec cette technologie (et elles sont nombreuses).
Pour info, il y a eu certaines Jouef (entre autres BB 67000) qui ont été produites selon ce principe par Lima.
Les BB 67000, hélas, ne sont pas à l'échelle.

Ajouter un commentaire